cover

Après un album prometteur sorti en 2011, I Break Horses est de retour en ce début 2014. "Chiaroscuro" (Clair-obscur en français) porte son nom à merveille. Le temps de 9 pistes, le duo suédois va nous amener au plus profond des abysses jusqu'à la lumière divine. Bon ok, on en fait un peu des caisses, mais dans l'idée c'est ça. Maria Lindén et son comparse Fredrik Balck proposent un album à la croisée des genres. Est-ce bien pour autant ?

De l'ombre à la lumière

"Chiaroscuro" est un album froid, qui prend ses distances. Outre ses aspects rétro ("Faith"), il est bourré de sonorités électroniques assez dark. La voix réverbérée de Maria Lindén nous glace le sang. L'ambiance est tant optimiste qu’oppressante. "You Burn" ouvre l'album de manière divine. Le morceau est calme, monte en puissance et finit par nous prendre aux tripes. "Berceuse" procure un peu le même effet. Ne vous fiez au titre, le morceau est plus propice aux cauchemars qu'aux beaux rêves. 

Pauvre en contenu

Mis à part les trois morceaux cités plus haut. Il n'y pas grand chose à se mettre sous la dent. Malgré ses voix bidouillées, "Denial" est un peu long, voire ennuyant. Même constat pour "Disclosure" et "Heart To Know". I Break Horses propose une atmosphère très intéressante mais, on ne peut s'empêcher de penser qu'elle est surexploitée. Le duo se cache trop derrière cette ambiance sombre et froide, au dépit de leurs compositions. 

I Break Horses n'est pas très convaincant avec ce deuxième album. Il y a vraiment des pistes réussies comme "You Burn", "Berceuse" et "Faith". Le problème c'est que le reste de l'album est insipide. Le coté dark synth pop est plaisant mais trop présent. Si vous aimez la B.O. du film "Drive" de Nicolas Winding Refn, vous aimerez certainement la mélancolie présente sur cet album. 

La Note: 

3