cover

Alléluia, mes frères. Alléluia, mes soeurs. Omar Rodriguez Lopez revient sur le devant de la scène avec son acolyte de toujours, Cedric Bixler Zavala. Les anciens At The Drive-in et Mars Volta deviennent Antemasque. Ils sont accompagnés de Dave Elitch à la batterie (ancien Mars Volta également). Le groupe sort en avril 2014 quatre singles, tout aussi bons les uns que les autres. Notre excitation est à son paroxysme et la sauce monte encore un peu quand on s'aperçoit que Flea (Red Hot Chili Peppers) joue de la basse sur les enregistrements. La joie redescend vite d'un cran quand ce dernier annonce sur son twitter qu'il a seulement aidé le groupe sur les enregistrements mais qu'il ne fait pas partie du groupe. La vie continue mais, on se demande donc qui va tenir la basse dans les futurs live du groupe. En attendant, voyons ce que ce disque a dans le ventre.

Antemasque c'est de l'énergie en barre

Omar Rodriguez et Bixler Zavala reviennent en grande forme. Le rendu est très rock, la preuve avec "In The Lurch", "I Got No Remorses" et "50,000 Kilowatts". Une grosse énergie ressort de ces morceaux, les structures sont beaucoup plus simples que celles des Mars Volta. C'est entraînant tout ça. On regrette tout de même la voix de Cedric Bixler Zavala qui est un peu poussive voire énervante sur certains abords. C'est regrettable quand on connaît les capacités vocales du garçon.

Le psyché n'est pas très loin

L'album n'est pas pour autant constitué de titres aussi explosifs. "4am","People Forget" et "Providence" ramènent cette petite touche psychédélique que l'on aime tant dans le duo Rodriguez Lopez/Zavala. Les guitares sont vraiment géniales et le chant est plus maîtrisé. On a même le droit à un morceau plus acoustique avec "Drown All Your Witches". Le morceau est bon mais ne casse pas des briques non plus. 

Il faut avouer que la déception est au rendez-vous. Les morceaux de ce premier album sont très inégaux et les voix ne sont pas toujours à la hauteur. Mais il faut avouer que ça fait toujours plaisir de retrouver les deux lurons faire des folies. Il y a tout de même de sacrés bons morceaux sur ce disque. Pas de quoi crier au scandale. 

La Note : 

4