artworks-000092558558-2hic38-t500x500

Brainfeeder (le label de Flying Lotus) est décidément très actif en cette fin d'année. Après You're Dead de FlyLo et Golden Skies de Mono/Poly, c'est au tour de Mr.Oizo de sortir un disque. Y-a-t'il encore un intêret à critiquer la musique de Quentin Dupieux ? Que ça soit au travers de ses films ou de ses expériences musicales, l'artiste a établi un univers bien ancré. Folie, humour et dancefloor sont encore et toujours au rendez-vous. Pourtant, le papa de la french touch tente de se renouveller en signant chez Brainfeeder. Habitué, voire pensionnaire, du label Ed Banger, Mr.Oizo n'hésite pas à leur faire une petite infidélité en signant The Church chez son pote FlyLo. Son arrivé dans le temple du jazz et du hip-hop moderne a-t-elle changé grand chose à sa musique ? Pas sûr...

Quentin Dupieux qui fait du Mr.Oizo

Rien de neuf sous le soleil, Quentin Dupieux garde la même ligne directrice que d'habitude. Du fun, du what the fuck, de l'humour noir et des gros kicks. The Church s'ouvre sur "Bear Biscuit", un morceau comme l'Oizo à l'habitude d'en faire. Le truc étrange c'est que ça sonne vachement Ed Banger. Du sample épileptique et du kick puissant à l'ancienne. Pas de nouvelle recette pour l'ami Dupieux. Malgré tout, les morceaux sont vraiment sympas. "Destop" est étrangement calme et mélodique tandis que "Mass Doom" possède des sons bien drôles et rétros. En parlant d'humour, "The Church" excelle dans le genre. On sait que Mr.Oizo est habitué aux phrases chocs ("vous êtes des animaux"- Positif). Dans "The Church", nous avons le droit à un petit monologue d'introduction bien drolatique, que je vous laisse le plaisir de découvrir. 

On ne change pas une équipe qui gagne

Même si ce n'est pas très original, la musique reste efficace. Mais alors, elle est où la patte Brainfeeder là dedans ? Je serais tenté de dire qu'elle se trouve dans le morceau "iSoap" (après l'iPhone le iSavon). Outre l'ironie du titre, "iSoap" groove un max. Cette fois-ci, Mr.Oizo sample de l'organique. Guitares funky et boucles de trompettes (enfin je crois) ultra-rapides. C'est ça le jazz selon Dupieux ? Peut être. En tout cas, le morceau est top ! Ça sera d'ailleurs le seul de ce type. 

Pas de prise de risque pour Mr.Oizo. On garde la même formule. On balance le son et on s'éclate. The Church est un album simple, efficace et puissant. Un vrai petit moment de plaisir (moins de d'une demi-heure quand même). Un album de Mr.Oizo c'est comme une petite gourmandise, c'est la petite surprise qui fait toujours plaisir. 

La Note: 

4