blood red shoes 4th album

C'est désormais devenu une habitude. Tout les deux ans, les Blood Red Shoes sortent un nouvel album. Le duo rock anglais revient avec un album éponyme qui, selon leurs dires, est le plus abouti et le plus personnel du groupe. En effet, ils se sont énormément impliqués sur ce nouveau disque. Outre l'effort de composition (et c'est la moindre des choses), Laura-Mary Carter et Steven Ansell n'ont pas fait appel à un producteur quelconque pour enregistrer l'album. Les Blood Red Shoes se sont donc auto-produits dans un petit studio à Berlin (ville qui réussie bien aux rockeurs). Nous allons donc décrypter ce nouvel opus sans plus tarder. 

Encore plus sauvage

Il ne faudra pas attendre plus tard que la première piste pour comprendre que le groupe est bien énervé. L'intro "Welcome Home" 100% instrumentale envoie du bois. Le groupe va se déchaîner comme ça tout l'album. On va quand même faire un petit tri car il ne s'agit pas non plus de 40 minutes de matraquage de guitare. Le groupe arrive à trouver de superbes mélodies pop avec "An Animal" ou "Grey Smoke". A moindre mesure, les Blood Red Shoes nous font penser a Nirvana. Oh là ! On se calme, je m'explique. La bande à Cobain a réussi avec Nervermind à mélanger sonorités punk rock et mélodies pop (a tel point que la terre entière dansait sur de la musique garage). Blood Red Shoes réussi aussi cette prouesse. Cela peut se vérifier sur la plupart des morceaux. "Far Away" par exemple, est un morceau assez calme et pourtant cela n'empêche pas une guitare fuzz bien grasse de se glisser sur le refrain.

Un duo toujours au top

Les Blood Red Shoes ne sont que deux mais ils font un sacré boucan. Leur son est beaucoup plus crado sur ce nouvel album. "The Perfect Mess" est une sorte d'apologie aux grosses guitares garage. Le jeu de batterie de Steven Ansell et encore plus vénère qu'a l'acoutumé. Les voix s'intégrent parfaitement à tout ce bazar. La douceur de Laura-Mary Carter se mélange à merveille avec le chant plus franc de Steven Ansell. D'ailleur, le groupe travaille beaucoup les mélodies vocales. On retrouve beaucoup de coeurs et beaucoup de refrains qui restent en tête ("Tell Me Who You Are, I Know You're Behind The Wall" sur le titre "Behind A Wall"). Le groupe calme un peu le jeu avec "Stranger". Un morceau au tempo lent qui met en avant la sensibilité du groupe. 

Quatre albums pour les Blood Red Shoes et toujours pas de raté. Ce groupe en a vraiment sous le pied. Il nous surprend une fois de plus avec un album plus agressif que ses prédécesseurs. On se donne rendez vous dans deux ans pour un nouvel album du duo anglais et une nouvelle chronique. 

La Note: 

5