SBTRKT_-_Wonder_Where_We_Land_535_535_c1

Salut les utilisateurs du média libre. Aujourd'hui on va taquiner Wonder Where We Land de SBTRKT (Subtract alias Aaron Jerome). Il s'agit là du deuxième album du londonien et dieu sait que la production d'un deuxième album est toujours délicate. Difficile de contenter les fans de la première heure et de s'accaparer un nouveau public. En tout cas, SBTRKT utilise la même recette que pour son premier album. Comme en 2007, chaque titre - enfin presque - possède son petit featuring. On retrouve notamment Sampha au chant sur quelques morceaux, ainsi que quelques MC comme Raury et A$AP FERG. Vous voyez bien la tambouille du type, du hip-hop, de l'électro, de la soul, du jazz... Images intégrées 1

Homme frustré, Homme à tes pieds... 

Nos yeux se mettent à briller à l'écoute de l'intro du disque. "Day 1" lance des synthés totalement hors de contrôle et pourtant si mélodiquement beaux. C'est certainement le meilleur morceau de l'album, en tout cas celui qui dégage le plus de potentiel car il ne dure que trente-cinq secondes ! Il se coupe brutalement et fait suivre les infra-basses de "Wonder Where We Land" en collaboration avec Sampha. Ce genre de coupure brutale réapparaît sur l'interlude "Day 5". SBTRK a décidé de nous frustrer un peu, pourquoi pas ? Tant qu'il y a des bons morceaux comme "Higher", en feat avec le flow ultra hâché de Raury, il n'y a pas de problèmes. Le groove de "NEW DORP. NEW YORK", en collaboration avec le chanteur de Vampire Weekend, tout comme l'acide "Lantern" font certainement l'unanimité tant ils sont efficaces et tout simplement bons !

RAZ LA MOULE ! 

Vous sentez bien que quelque chose me dérange avec ce disque. Pour de vrai, c'est un bon disque. Bien produit, bien composé, riche, patati et patata. Mais vous en avez pas marre d'entendre toujours le même disque depuis trois ans ? The North Borders de Bonobo, le deuxième album de Moderat, voir même la musique de Fakear ! Ça tourne en rond tout ça ! Alors oui c'est cool y'a plein de styles qui se mélangent mais, finalement on reste à la bordure des choses sans jamais rentrer dedans. Sans parler du chant de Sampha qui fini par devenir tellement caricatural. C'est vraiment le genre de voix typique sur ce genre d'album. Trop mise au premier plan elle laisse finalement peu de place à la musique. C'est assez dommage car SBTRKT a certainement plus de choses à nous livrer.

Je n'attendais rien de cet album et j'en ressors pourtant frustré. Frustré car SBTRKT nous laisse entendre des textures riches et malheureusement inexploitées. Bref, frustré !

La Note: 

3